Ginkgo biloba : quels sont les propriétés et bienfaits de la plante ?

Très connu dans le domaine de la phytothérapie, surtout pour ses nombreuses vertus, le ginkgo est de plus en plus utilisé dans la production de médicaments et compléments alimentaires. En France, plusieurs médicaments à base de cette plante sont prescrits pour traiter des affections liées aux problèmes de circulation de sanguine ou encore des symptômes de vieillissement cérébral. Quels sont les propriétés et bienfaits de cette plante ? Comment la reconnaître ? Quelles sont les précautions d’emploi et les contre-indications ? Zoom sur le ginkgo.

Qu’est-ce que le ginkgo ?

Le ginkgo (ginkgo biloba), encore appelé arbre aux mille écus ou arbre fossile, est un arbre de la famille des ginkgoacées. Dernier représentant de cette famille qui est la plus ancienne des familles d’arbres, il s’agit par ailleurs de l’arbre le plus ancien connu à ce jour. Il doit son nom d’arbre fossile au fait qu’on estime qu’il existait bien avant l’apparition des dinosaures.

Originaire de la Chine, le ginkgo a été introduit en Europe à partir du XVIIIe siècle notamment pour ses qualités ornementales et sa résistance. Il faudra attendre le milieu du XXe siècle que des chercheurs allemands s’y intéressent. Ils décident alors d’étudier l’efficacité médicale de l’extrait normalisé des feuilles de l’arbre sur l’atténuation du déclin cognitif chez les personnes âgées. Aujourd’hui, comme indiqué en début d’article, le ginkgo est cultivé dans le monde entier et exploité pour ses bienfaits sur la santé.

Description botanique du ginkgo biloba

Le ginkgo biloba est un arbre qui se distingue notamment par le fait qu’il est capable d’atteindre 4 mètres de haut avec une durée de vie très importante. C’est un arbre qui peut en effet aller bien au-delà de 1 000 ans. Si le pied mâle offre présente une silhouette élancée, le ginkgo femelle offre plutôt un port compact. Il s’agit d’un arbre à écorce brune et rugueuse qui se fissure avec l’âge.

Il possède des feuilles vertes bilobées et striées qui prennent une couleur jaune d’or magnifique en automne. Contrairement à ce qu’on peut observer sur la quasi-totalité des plantes, les deux lobes en forme de palmes ne présentent pas de nervure centrale. Les feuilles se caractérisent également par le fait qu’elles sont dotées de pétiole. Elles sont caduques, insérées sur les rameaux par petits groupes et peuvent atteindre 5 à 15 cm de longueur. Soulignons que c’est justement les feuilles qui sont beaucoup plus utilisées en phytothérapie.

Le ginkgo est une espèce dioïque dont les inflorescences mâles sont des chatons verdâtres de 7 à 8 cm. Ses fleurs femelles sont nues, sans pièces florales et groupées par paires. Pour finir, les fruits, semblables à des mirabelles, sont des petites baies jaunes qui dégagent une odeur rance.

Les principes actifs

Les feuilles du ginkgo sont de plus en plus utilisées à des fins médicinales notamment pour leur richesse en principes actifs. D’après de nombreuses études, on retrouve dans une feuille de cet arbre fossile :

  • des lactones terpéniques
  • des polyphénols
  • des flavonoïdes antioxydants qui stimulent la circulation sanguine.

En outre, il faut souligner que la plupart des études qui ont été menées sur l’arbre se basaient sur deux types d’extraits normalisés. Il s’agit de l’EGb 761 et le Li 1370. Dans le premier on retrouve près de 24 % de glucoflavonoïdes et 6 % de lactones terpéniques. Pour ce qui est du Li 1370, il est composé de 25 % de glucoflavonoïdes et 6 % de lactones terpéniques.

Les bienfaits du ginkgo

Le ginkgo est une plante qui présente de nombreuses vertus. Mais avant de les citer, soulignons que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) reconnaît comme cliniquement prouvée l’utilisation des extraits de feuilles de l’arbre dans différents traitements. Il est question du traitement symptomatique des déficits cérébraux légers à modérés liés à la démence sénile. L’organisation reconnaît également son usage dans le soulagement des vertiges et les acouphènes d’origine circulatoire, mais aussi pour l’amélioration de la marche dans la claudication intermittente.

Bienfaits à l’intérieur de l’organisme

À l’intérieur de notre organisme, le ginkgo a des propriétés médicinales anticoagulantes, antiagrégantes, en empêchant la formation de thromboses ou de caillots, et vasodilatatrices. Autrement dit, c’est une plante qui favorise la bonne circulation du sang dans l’organisme. Grâce à cette action anticoagulante, mais aussi veinotonique, elle peut s’avérer très efficace contre les hémorroïdes, les varices, la maladie de Raynaud et la claudication intermittente.

Elle agit également sur les fonctions cérébrales et plus précisément en cas de démence sénile. Le ginkgo peut être ainsi utilisé pour stimuler la mémoire des personnes âgées et les aider à avoir une meilleure concentration ou encore pour mieux raisonner.

Toujours à l’intérieur de l’organisme, les feuilles de ginkgo peuvent être utilisées en décoctions. Dans ce cas, elles vont permettre de soulager des affections respiratoires telles que l’asthme ou la bronchite. Elles ont spécifiquement des effets fluidifiants et analgésiques.

En ce qui concerne les graines de l’arbre, elles peuvent être utilisées pour préparer des remèdes contre les troubles urinaires.

L’utilisation externe du ginkgo

À l’extérieur de notre organisme, le ginkgo aide particulièrement à la cicatrisation de brûlures, ecchymoses et des ulcères. Pour les brûlures, on fait généralement une compresse des feuilles broyées qu’on va ensuite poser sur les zones lésées.

Par ailleurs, soulignons que de nombreux soins cosmétiques anti-âge, sous forme de crèmes, sont composés de ginkgo. La feuille possède en effet des propriétés protectrices et réparatrices sur la peau.

Utilisation et posologie

Les médicaments faits à base de ginkgo disponibles sur le marché se présentent sous différentes formes : gélules, comprimés, solutions buvables, etc. Mais d’une forme à une autre, on retrouve généralement la même concentration de principes actifs. Il s’agit de l’extrait de ginkgo standardisé tiré à 24 % de flavonoïdes et 6 % de lactones terpéniques. Notons que c’est cet extrait qui est généralement pris en compte lors des essais cliniques.

Pour ce qui est de la posologie, il est recommandé de prendre entre 120 et 240 mg d’extrait normalisé chaque jour en 2 ou 3 prises. Chaque prise doit se faire au moment des repas et il est primordial de bien s’hydrater.

Si vous préférez les tisanes et décoctions, il faudra alors veiller à ne pas dépasser la dose de 20 à 40 g de fleurs fraîches ou encore 2 à 3 cuillères à café de fleurs séchées par litre d’eau. Vous pouvez prendre 1 tasse, 2 à 3 fois chaque jour pour soulager par exemple des problèmes circulatoires. En augmentant la dose de 1 cuillère à café, on peut prendre la tisane comme vermifuge.

Précautions d’emploi

Comme c’est le cas avec n’importe quel remède, il faudra faire très attention dans votre utilisation du ginkgo. Si vous avez des doutes, vous devez toujours avoir le réflexe de vous rapprocher d’un professionnel de la santé.

Premièrement, il faut souligner qu’en raison de ses propriétés anticoagulantes, vous devez adopter une attitude prudente. Prenez le temps de bien lire les notices des produits que vous voulez prendre afin de vérifier les effets secondaires, de connaître les doses recommandées et d’avoir une idée des interactions avec les autres médicaments.

Par rapport aux contre-indications, il n’est pas conseillé aux femmes enceintes ou allaitantes de prendre du ginkgo. C’est également valable pour les personnes qui doivent subir une opération chirurgicale, les hémophiles et les épileptiques.

Généralement, le ginkgo, pris par voie orale, peut avoir des effets secondaires en déclenchant des maux de tête, de légers maux d’estomac, des diarrhées, des nausées et même des réactions cutanées : démangeaisons ou urticaire.

Toujours en raison de ses propriétés anticoagulantes, le ginkgo ne doit pas être associé à d’autres plantes connues pour fluidifier le sang. C’est le cas par exemple de l’ail, du ginseng, du mélilot, de l’arnica, de la sauge ou encore de la fève tonka.

Laisser un commentaire