Téléconsultation : comment ça marche ? quels sont les avantages ?

Parce qu’il n’est pas toujours évident pour le patient de se rendre chez son médecin ou au médecin de se rendre chez son patient, la télémédecine a depuis quelques années le vent en poupe. Par ailleurs, c’est l’un des grands gagnants de cette pandémie de coronavirus. Aujourd’hui tout le monde s’accorde pour dire qu’il s’agit d’une véritable évolution. Et ceci, surtout parce que c’est une pratique qui permet non seulement de faciliter l’accès aux soins, mais aussi d’améliorer la qualité de vie des patients dans certaines situations. Tour d’horizon.

Qu’est-ce que la téléconsultation ?

Comme son nom l’indique, la téléconsultation est une pratique qui consiste à consulter un professionnel de santé en utilisant les technologies de l’information et de la communication. Autrement dit, il s’agit d’une consultation médicale à distance par l’intermédiaire d’un ordinateur, d’un smartphone ou d’une tablette.

Illustration téléconsultation

 

Les objectifs ? Réduire les inégalités en matière d’accès aux soins dans des zones sous-dotées par exemple, lutter contre le renoncement aux soins ou encore permettre à certains patients d’avoir une prise en charge médicale beaucoup plus rapide.

Il ne faut pas surtout pas confondre la téléconsultation avec la téléexpertise et le télésoin. On parle de téléexpertise quand un médecin sollicite un autre afin d’avoir son avis d’expert en raison d’une compétence particulière. Cela permet d’améliorer la qualité de la prise en charge de ses patients, mais permet aux médecins de gagner du temps. Quant au télésoin, il s’agit d’une forme de pratique de soins à distance qui se base aussi sur les technologies de l’information et de la communication. Ici, il est question de mise en relation entre patient et pharmacien ou auxiliaire médical dans l’exercice de leurs compétences.

Ensuite, soulignons que depuis février 2019, la téléconsultation, rémunérée par l’Assurance maladie, est appliquée aux patients :

  • en ALD (Affection longue durée)
  • atteints de maladies rares
  • résidants dans les zones qualifiées de zones « sous-denses » ou « déserts médicaux ».

En France métropolitaine ainsi que dans les départements et régions d’outre-mer, la téléconsultation peut être pratiquée par tout médecin ; ceci, peu importe sa spécialité, son secteur et son lieu d’exercice. La pratique devrait s’étendre, d’ici fin 2020 et début d’année prochaine, à plusieurs autres catégories de patients.

Comment ça marche ?

Tout d’abord, il faut certains prérequis : un ordinateur, une tablette ou un smartphone. Le dispositif à utiliser doit être en état de fonctionner correctement au niveau du micro, du haut-parleur, de la caméra et de l’écran. En dehors de cela, aussi bien le patient et le médecin doivent être connectés à Internet.

Maintenant que vous avez le matériel adéquat, il est indispensable d’avoir sur celui-ci (ordinateur ou dispositif mobile) une application du service choisi pour la téléconsultation. Il en existe plusieurs comme Doctolib, Qare, MédecinDirect, Allianz… Ensuite, il est important de souligner que la téléconsultation se fait auprès de son médecin traitant ou auprès d’un autre spécialiste en accès direct. Autrement dit, vous ne pouvez pas faire de la consultation électronique pour un premier rendez-vous.

Ensuite, vous devez prendre rendez-vous avec le médecin afin que celui-ci vous envoie un lien pour vous connecter sur la plateforme le jour et à l’heure prévue. Il aura par ailleurs à demander votre consentement avant qu’il n’y ait échange d’informations médicales. À ce propos, nous conseillons de bien lire les conditions d’utilisation du service choisi ainsi que la FAQ pour avoir le plus d’informations possible.

À l’issue de la consultation, le médecin pourra alors vous établir, si nécessaire, une ordonnance ou demander des examens complémentaires. La prescription médicale vous sera envoyée par voie postale ou dans la boîte de réception de votre adresse e-mail. Soulignons que tout ceci doit se faire dans des conditions qui garantissent la confidentialité des échanges entre le patient et son médecin. Ce dernier aura enfin à rédiger un compte-rendu afin de l’archiver dans son « dossier patient » et le transmettre à votre médecin traitant si ce n’est pas lui.

Pour ce qui est du paiement, le patient peut le faire en envoyant un chèque à son médecin, par virement bancaire ou à partir d’une solution de paiement en ligne à la fin de la séance. Les tarifs d’une téléconsultation sont identiques à ceux d’une consultation en présentiel, soit entre 23 et 58,50  en fonction de la spécialité et du secteur.

Les avantages de la téléconsultation

La téléconsultation est une pratique innovante qui présente de nombreux avantages. Déjà, il s’agit d’une grande avancée pour les patients qui ne peuvent pas se déplacer pour des raisons de problèmes de mobilité ou de distance. Ils pourront échanger par visioconférence, à travers une connexion sécurisée. Les technologies utilisées permettent de préserver la confidentialité de l’entretien, la sécurité des paiements et les prescriptions.

La téléconsultation permet aussi de réduire le coût de la santé, de désengorger les cabinets médicaux et de surtout de réaliser un tri entre les situations/pathologies. Cela permet également aux personnes expatriées ou en vacances à l’étranger qui sont par exemple réticentes à consulter dans le pays où ils sont de parler avec leurs médecins traitants.

Pour les médecins, c’est une excellente alternative pour effectuer un suivi jusqu’à présent impossible à cause des distances ou manques de disponibilité. Et vu que plusieurs spécialistes sont désormais disponibles en ligne, les informations médicales d’un patient sont plus facilement accessibles. Cela facilitera donc la continuité dans le parcours de soins pour chaque patient.

Des limites à prendre en compte

Même s’il s’agit d’une innovation avec de nombreux avantages, la téléconsultation a également quelques limites qu’il faudra prendre en compte. L’une d’entre elles est sur le plan matériel. En effet, sans un ordinateur ou un dispositif mobile et une bonne connexion Internet, la téléconsultation n’est pas possible.

Enfin, l’autre grande limite est l’absence d’examen médical physique, puisque ce n’est pas toujours évident pour un patient de décrire réellement tous ses symptômes par visioconférence.

Modalités de remboursement

Tout comme c’est le cas pour les tarifs, les modalités de remboursement sont pratiquement les mêmes que pour une consultation classique. En effet, les taux de prise en charge restent identiques, selon la répartition habituelle :

  • 70 % du tarif de base par l’Assurance Maladie
  • 30 % pour la complémentarité santé
  • 100 % de remboursement par la Sécurité sociale pour les patients en ALD.

Enfin, comme c’est le cas pour toute consultation, le tiers payant pourra être appliquée dans son intégralité selon la situation du patient. Cela concerne notamment les personnes en ALD, les femmes enceintes et les patients qui bénéficient de la Complémentaire santé solidaire ou de l’aide à l’acquisition d’une Complémentaire santé (ACS).

Laisser un commentaire